21 avril 2017

Chefs-d’œuvre de l'art africain

Éloi Rousseau et Johann Protais publient aux Éditions Larousse un livre remarquable sur l’art africain subsaharien. La partie liminaire est constituée par un sommaire et une introduction. Le corps de l’ouvrage compte deux parties: un essai de trente et une pages suivi de la description de quarante-deux chefs-d’œuvre.

L’introduction définit l’art africain correspondant, en fait, à l’Afrique noire. Les caractéristiques de cet art sont ensuite précisées: son unité (importance du fait tribal et ethnique, culture orale, religions animistes), sa diversité (langues, cultures, régions), ses emprunts et apports aux Occidentaux. Une photo d’une fête dogon (Mali) illustre cette introduction.

L’essai porte sur les thèmes suivants:

La découverte de l’art africain
La constitution d’un butin colonial
Le temps de la dignité
Les enjeux politiques actuels
La question de l’art
Les fonctions
Le récit des mythes
L’influence de l’Occident
Les techniques

Plusieurs œuvres illustrent les propos des auteurs: Tête anthropomorphe (Nok, Nigéria), Statuette de femme (Djenné, Mali), Tête qui représente l’usurpateur Lajuwa (Ifé, Nigéria), Masque cimier (Baga, Guinée), Masque du singe noir (Dogon, Mali), Cavalier (Yoruba, Nigéria), Porte (Igbo, Nigéria), Plateau à proverbe (Woyo, Cabinda), Oracle à friction (Kuba, RD du Congo), Poterie de gémellité (Bobo, Burkina Faso), Tambour en forme de buffle (Yangéré, Afrique centrale).

La seconde partie du livre présente chaque chef-d’œuvre sur une double page: la description, à gauche, et la photo de l’œuvre d’art, à droite. Les descriptions sont captivantes. De plus, les éléments notés et expliqués sont très diversifiés:

- types: cimier, harpe, masque, plaque, poids à peser, poulie à tisser, sculpture, statue, statuette, tabouret, tambour, tissu;

- cultures: Akan, Angola, Ashanti, Baga, Bamikélé, Baoulé, Cabinda, Dan, Dogon, Edo, Fang, Fon, Ifé, Kota, Kuba, Luba, Lumbo, Mossi, Punu, Sénoufo, Tsogho, Vili, Yaka, Yangéré, Yoruba;

- pays: Afrique centrale, Anyang, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée, Mali, Niger, Nigéria, République démocratique du Congo, Sierra Leone;

- matériaux: bois, bronze, cauri, cire, corne, coton, coquillage, cuir, cuivre, fer, fibre naturelle, fibre végétale, graine, ivoire, kaolin, laiton, métal, miroir,or, peau, perle, pigment, plume, poil d’animal, raphia, résine, textile, tissu, verre;

- collections: British Muséum (Londres), Ethnologisches Museum (Berlin), Horniman Museum (Londres), Institut de recherche en sciences humaines (Niamey), Musée de Grenoble (France), Musée du quai Branly (Paris), Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren, Belgique), Museum of Ife Antiquities (Nigéria); collections particulières, dont celle d’Hervé Poupon.

Quel chef-d’œuvre choisir comme mon favori? Et bien, tous!

Le livre est complété par deux cartes géographiques (pays, ethnies), un glossaire (dix-sept entrées) et les crédits photographiques. Il n’y a pas de carte à la page 46, contrairement à ce qui est annoncé à la page 125. Ce livre de référence n’a pas de bibliographie ni d’index. Toutefois, le livre Description de l’Afrique (1668), par Olaf Dapper, est cité à quelques reprises.

Quel plaisir de découvrir et d’apprécier ces chefs-d’œuvre de l’art africain!

Référence

Rousseau, Éloi; Protais, Johann. - Chefs-d’œuvre de l'art africain. - Paris: Larousse, 2016. - 128p. - ISBN 978-2-03-591009-7. - Bibliothèques de Montréal et BAnQ: 709.67 R8643c 2016.

Sur la Toile

Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM)

La collection d’art africain réunit 565 pièces originaires majoritairement de la région subsaharienne. Elle a été fondée en 1940 par le conservateur F. Cleveland Morgan, qui a acheté le premier artéfact pour le Musée: un masque en bronze du Bénin. La collection s’est enrichie de façon significative en 1975 grâce à une donation de quelque 500 pièces, réunies par le prêtre jésuite Ernest Gagnon.

Article connexe

Musée du quai Branly