28 février 2008

Anciennes cartes géographiques

Nouveautés / quatre livres numériques gratuits :

[ 2016 ] Cartes commentées : descriptions de cartes, recensions de livres reliés au monde de la cartographie, liste chronologique des cartes reproduites.

[ 2016 ] Anciennes cartes géographiques : collections numériques, ressources connexes, atlas du monde, interprétations et bibliographie.

[ 2016 ] Atlas du Québec : cartes numériques, guide d'interprétation d'anciennes cartes géographiques et descriptions de cartes exemplaires.

[ 2015 ] Grammaire de la carte : définitions et illustrations des éléments de cartographie, analyses de cinq cartes.

La mesure d'un continent

Ci-dessous, un répertoire d'anciennes cartes géographiques basé sur les cartes reproduites dans La mesure d’un continent, un nouvel atlas historique où l'on trouve une description de chacune de ces cartes avec leur notice bibliographique respective. Dans ce répertoire chronologique, les titres des cartes ont été simplifiés.

Répertoire des cartes

1460 - BnF > Monde (Simon Marmion)

1493 - MS* > Monde (Hartmann Schedel)

1500 – MN* > Monde (Juan de La Cosa)

1502 - BAC* > Partage de l'Amérique (Alberto Cantino)

1507 - MS* > Monde (Johann Ruysch)

1507 - LC > Monde (Martin Waldseemüller)

1519 - BnF* > Amérique et océan Atlantique (Lopo Homen)

1529 - BAV* > Monde (Gerolamo da Verrazano)

1537 – BAnQ > Monde (Sebastien Münster)

1545 - BAnQ* > Amérique (Sébastien Münster)

1547 – HL > Amérique du Nord P M G (Nicolas Vallard)

1550 - BL > Monde (Pierre Desceliers)

1556 – BAnQ > Plan de Hochelaga (Giovani Battista Ramusio)

1561 - BAnQ* > Nouvelle-Espagne (Girolamo Ruscelli)

1562 - MN > Floride française (Nicolas Barré)

1566 – BAC > Amérique du Nord (Paolo Forlani)

1576 - BAnQ > Nouveau Monde (Thomaso Porcacchi)

1590 – LC > Virginie (John White)

1591 – LC > Floride (Jacques Le Moyne de Morgues)

1593 - MS* > Amérique du Nord (Cornelius de Jode)

1597 – BAnQ > Nouvelle-France et Canada (Cornelis Wytfliet)

1601 – BnF > Océan Atlantique (Guillaume Levasseur)

1607 - LC > Acadie (Samuel de Champlain)

1609 – BAnQ > Port-Royal (Marc Lescarbot)

1610 - AGS* > Colonies nord-américaines (Luis de Velasco)

1612 – BAnQ > Baie d’Hudson (Henry Hudson)

1612 - NL* > Virginie (John Smith)

1613 – BAnQ > Île Sainte-Croix (Samuel de Champlain)

1613 - BnF > Océan Atlantique (Pierre de Vaulx)

1622 - BnF* > Océan Pacifique (Hessel Gerritsz)

1625 - MS* > Nouvelle-Écosse (William Alexander)

1630 - MS* > Amérique (Hendrik Hondius)

1632 – BAC > Nouvelle-France (Samuel de Champlain)

1633 - BAnQ* > Baie d'Hudson (Thomas James)

1640 - UKHO > Nouvelle-France (Anonyme)

1641 - BnF > Fleuve Saint-Laurent (Jean Bourdon)

1542 - BL > Amérique du Nord (Jean Rotz)

1643 – MG > Nouvelle-France (Jean Boisseau)

1645 - MC* > Amérique (Willem Janszoon Blaeu)

1646 - BSHM > Ouest et Sud de Montréal (Jean Bourdon)

1647 - MC* > Fort de Ville-Marie (Jean Bourdon)

1655 – LC > Nouvelle-Belgique (Nicolaes Visscher)

1556 - SHAT > Amérique du Nord (Guillaume Le Testu)

1656 – BAnQ > Canada ou Nouvelle-France (Nicolas Sanson)

1657 - BAC* > Nouvelle-France (Francesco Giuseppe Bressani)

1673 - BnF > Manitounie (Jacques Marquette)

1674 – BnF > Océan Atlantique Nord (Denis de Rotis)

1674 - ACJCF* > Mississipi (Jacques Marquette)

1675 - BSHM > Grands Lacs (Louis Jolliet et Jean-Baptiste Franquelin)

1675 – BAnQ > Baie d’Hudson (Frederick de Wit)

1677 – BAnQ > Canada (Pierre Duval)

1678 - BSHM > Amérique du Nord (Louis Jolliet et Jean-Baptiste Franquelin)

1678 - BSHM > Grands Lacs (Jean-Baptiste Franquelin)

1678 - BnF > Papier terrier de la Nouvelle-France (Jean-Baptiste Franquelin)

1681 – BAnQ > Découverte du Mississipi (Melchisédech Thévelot)

1682 - BnF* > Amérique du Nord (Nicolas Bernou)

1683 – BAnQ > Nouvelle-France et Louisiane (Louis Hennepin)

1685 - BnF* > Québec et ses environs (Jean-Baptiste Franquelin)

1685 - BnF > Fleuve Saint-Laurent (Louis Jolliet et Jean-Baptiste Franquelin)

1686 - BnF* > Port-Royal (Jean-Baptiste Franquelin)

1686 - BSMH > Fleuve Saint-Laurent (Jean Deshayes)

1688 - BSHM > Lacs Ontario et Érié (Jean-Baptiste Franquelin?)

1688 – BAnQ > Canada ou Nouvelle-France (Vincenzo Coronelli)

1688 - BSHM* > Amérique du Nord (Jean-Baptiste Franquelin)

1689 – BnF > Terre-Neuve et le golfe Saint-Laurent (Pierre Detcheverry)

1693 - CAOM > Plan de Boston (Jean-Baptiste Franquelin)

1696 – BAnQ > Canada (Alexis-Hubert Jaillot)

1698 – BAC > Amérique (Nicolas de Fer)

1699 - BSHM > Amérique du Nord (Jean-Baptiste Franquelin)

1701 - MS* > Fleuve Mississipi (Nicolas de Fer)

1702 - ACPSS > Île de Montréal (François Vachon de Belmont)

1703 – BAnQ > Canada ou Nouvelle-France (Guillaume Delisle)

1703 – BAnQ > Floride et Mexique (Guillaume Delisle)

1703 – BAnQ > Canada (Louis Armand Lahontan)

1703 – BAnQ > Rivière Longue (Louis Armand Lahontan)

1703 - BSHM > Détroit et lac Sainte-Claire (Anonyme)

1708 - MS* > Hémisphère sud et sphère céleste (Andreas Cellarius)

1708 – BnF > Amérique du Nord (Jean-Baptiste Franquelin)

1709 - BnF* > Gouvernement des Trois-Rivières (Gédéon de Catalogne et Jean-Baptiste de Couagne)

1710 - BnF > Plan de Port-Royal (Jean-Baptiste Labat)

1712 – BSHM* > Canada (Jean-Baptiste de Couagne)

1715 - BnF > Monde (Nicolas de Fer)

1715 – BAnQ > Grande Rivière de Canada (Jean Deshayes)

1715 – BAC > Empire britannique (Herman Moll)

1715 - NL > Côte du Labrador (François Desmoulins de Beauvilliers)

1717 – BAnQ > Rivière de Canada (Gerard van Keulen)

1718 – MG* > Louisiane et Mississipi (Guillaume Delisle)

1719 - MS* > Grands Lacs (Henri Abraham Chatelain)

1719 – BAC > Empire britannique (John Senex)

1723 - NL > Mississipi (Anonyme)

1726 – BSHM*> Plan des Chapitoulas (Dumont de Montigny)

1727 - BAnQ > Plan de la ville de Québec (Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry)

1729 - CHAN* > Fort Rosalie des Natchez (Dumont de Montigny)

1729 - BSHM* > Ouest des Grands Lacs (Ochagach)

1732 (1719) - MS* > Amérique (Henri Abraham Chatelain)

1733 - BSHM* > Domaine du Roi en Canada (Pierre Laure)

1733 – BAnQ > Empire britannique (Henry Popple)

1734 - CAOM > Territoires de l'Ouest (Christophe Dufrost de la Jemmeraie et Chaussegros de Léry)

1735 - CAOM > Plan de Louisbourg (Étienne Verrier)

1735 - MC > Plan de la mission des Tamarois (Jean-Paul Mercier)

1736 - CAOM > Forts et attaques du village des Chicachas (Dupin de Belugard)

1737 - BSHM > Découvertes de l'Ouest (Louis-Joseph Gauthier de la Vérendrye)

1743 - BAC* > Amérique du Nord (Nicolas Bellin)

1744 – BAnQ > Côtes de la Floride française (Nicolas Bellin)

1744 - BAC* > Amérique du Nord (Nicolas Bellin)

1744 – BAnQ > Amérique du Nord (Arthur Dobbs et Joseph Lafrance)

1749 – BAnQ > Passage du Nord-Ouest (Henry Ellis)

1752 – BAnQ > Nord de la Mer du Sud (Philippe Buache)

1754 – MG > Mer de l'Ouest (Philippe Buache)

1754 – LC > Vallée de l'Ohio (George Washington)

1755 – BAnQ > Amérique du Nord 1 2 3 4 (Jean-Baptiste d'Anville)

1755 – BAnQ > Nouvelle-France (Jacques Nicolas Bellin)

1755 – BAnQ > Grands Lacs (Jacques Nicolas Bellin)

1755 – BAnQ > Grands Lacs (Jacques Nicolas Bellin)

1755 – BAnQ > Amérique septentrionale (Jacques Nicolas Bellin)

1755 – BAnQ > Canada oriental (Georges Louis Le Rouge)

1755 – BAnQ > Empire britannique (Society of Anti-Gallicans)

1755 - BSHM > Cours de l'Ohio (Anonyme)

1756 – BAnQ > Amérique du Nord 1 2 3 4 5 6 7 8 (Georges-Louis Le Rouge)

1756 - MG* > Amérique du Nord (John Mitchell, traduction par Georges-Louis Le Rouge)

1756 - MC > Fort La Présentation (Joseph-Gaspard Chaussegros de Léry d'après Onouatoury)

1758 - BAnQ > Fort Carillon (Thomas Jeffreys)

1759 – BAnQ > Plan de la Nouvelle-Orléans (Louis Pierre Le Blond)

1761 - BAC > Rivière des Mille Îles (Carte de Murray)

1763 – LC > Amérique du Nord (Jean Palairet)

1765 - BAnQ > Région de Québec (Samuel Holland et John Collins)

1766 - CL* > Fort Michilimackinac (Perkins Magra)

1771 – LC > Amérique du Nord (Peter Bell)

1780 – BAnQ > Siège de Québec de 1759 (Samuel Holland et J. Des Barres)

1781 – BAnQ > Fleuve Saint-Laurent 1 2 3 4 5 6 (Joseph Des Barres)

1783 – BAnQ > Canada et États-Unis d'Amérique (Guillaume Delisle)

1783 – LC > États-Unis d'Amérique (John Wallis)

1783 - BL* > Colonies britanniques en Amérique du Nord (John Mitchell)

1784 - BAC > Côtes du Pacifique Nord (Henry Roberts et James Cook)

1784 - BAC > Amérique du Nord (Carington Bowles)

1785 - BSHM* > Amérique du Nord (Peter Pond)

1790 - BnF > Voyages (Jean-François de Galaup de Lapérouse)

1795 - MG* > Bas-Canada (Samuel Gale et Jean-Baptiste Duberger)

1795 – BAnQ > Rivière Coppermine (Samuel Hearne)

1796 - BSHM* > Fleuve Mississipi (Victor Collot et Joseph Warin)

1798 - LC* > Missouri (David Thompson)

1800 – BAnQ > Côte Nord-Ouest (George Vancouver)

1801 – BAnQ > Amérique du Nord (Alexander Mackenzie)

1802 - BAnQ* > Découvertes en Amérique du Nord (Aaron Arrowsmith)

1803 – LC > Ouest américain (Nicholas King)

1803 – BAnQ > Bas-Canada (William Vondenvelden et Louis Charland)

1804 – BAC > Plan des fortifications de Québec (Gother Mann, William Hall et Jean-Baptiste Duberger)

1806 - ES* > Cours d'eau à l'Ouest des Rocheuses (Cut Nose)

1807 – LC > Expédition de Lewis et Clark (Robert Frazer)

1813 – BAnQ > Bas-Canada (Samuel Holland)

1814 – LC > Territoire du Missouri (Mathew Carey)

1814 - APO > Territoires du Nord-Ouest P G (David Thompson)

1814 - LC* > Ouest de l'Amérique du Nord (Meriwether Lewis et William Clark)

1816 - BAnQ* > États-Unis d'Amérique (John Melish)

1836 - NYPL* > Peuples amérindiens (Albert Gallatin)

1852 - BAC > Expéditions dans la mer Arctique (John Arrowsmith)

Sources et outils de recherche

ACPSS - Archives de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice
AGS - Archivo General de Simancas (Valladolid)
APO - Archives publiques de l'Ontario (Toronto)
BAC - Bibliothèque et Archives Canada (Ottawa) §
BAnQ - Bibliothèque et Archives nationales du Québec § §
BAV - Bibliothèque apostolique vaticane (Vatican)
BL - British Library (Londres) §
BnF - Bibliothèque nationale de France (Paris) § §
BSHM - Bibliothèque du service historique de la Marine (Vincennes)
CAOM - Centre des archives d'outre-mer (Aix-en-Provence) §
CHAN - Centre historique des Archives nationales (Paris)
CL - William L. Clements Library (Ann Arbor)
ES - Éditions du Septentrion (Québec)
HL - Huntington Library (Berkeley University)
LC - Library of Congress (Washington) §
MC - Musée de la civilisation (Québec)
MG - McGill University (Montréal) §
MN - Museo naval (Madrid)
MS - Musée Stewart (Montréal)
NL - Newberry Library (Chicago) § §
NYPL - New York Public Library (New-York) §
SHAT - Service historique de l'armée de terre (Vincennes)
UKHO - United Kingdom Hydrographic Office (Taunton)

§ Base de données cartographique ou catalogue.
* Carte affichée sur un site autre que celui de l'institution indiquée.

Bibliographie

[ 1 ]

Litalien, Raymonde ; Palomino, Jean-François ; Vaugeois, Denis. – La mesure d’un continent : atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814. – Québec : Septentrion, 2007. – 300 p. – ISBN 978-2-89448-519-4. – Cote BAnQ : 911.7 L775m 200.

Plus d'une centaine de cartes sont reproduites dans ce livre. (Raymonde Litalien, p. 13)

[ 2 ]

Dans une entrevue publiée dans le dernier numéro du périodique À rayons ouverts, Denis Vaugeois précise les critères de sélection des cartes reproduites dans La mesure d'un continent :

Pour les cartes, le choix repose sur la richesse de l'information, la clarté et la beauté. L'objectif était aussi de faire connaître des cartes peu ou mal connues. Dans d'autres cas, il y a des cartes incontournables comme celles de Cantino, Juan de La Cosa ou Waldseemüller, ou essentielles comme celles de Delisle, Moll, Mitchell, Clark, Thompson, Melish. (p. 6)

Dans ce même numéro, la revue présente l’ouvrage et des extraits de La mesure d’un continent dans un dossier intitulé Cartographier l’Amérique (Automne 2007, N° 73, p. 3-33).

Exposition

Jusqu'au 24 août 2008, la Grande Bibliothèque présente une exposition exceptionnelle intitulée Ils ont cartographié l'Amérique. Plus de cent anciennes cartes géographiques sont exposées dans la salle d'exposition principale, au niveau M.

26 février 2008

Tout sur les galaxies

La revue américaine Astronomy présente un numéro spécial sur les galaxies. On y trouve les articles suivants :

- The galaxies special issue, par David J. Eicher, éditeur
- Exploring galaxy evolution, par Laura Layton
- Quest for the first galaxies, par Richard S. Ellis, astronome (California Institute of Technology)
- What happens when galaxies collide?, par Steve Nadis, vulgarisateur scientifique
- How the Milky Way devours its neighbors, par Ray Jayawardhana, astronome (Université de Toronto)
- Galaxies on fire, par Daniel Pendick, éditeur associé
- Reader gallery, par différents contributeurs

Les pages centrales sont dédoublées, au format d’une double affiche. Elles contiennent deux articles :

Infrared universe : 1.5 million galaxies revealed, par Thomas H. Jarret, astronome (California Institute of Technology)
Super survey : Encyclopedia galactica, par Francis Reddy, éditeur sénior

Tous ces articles sont abondamment illustrés. Parmi toutes ces images, soulignons la présentation de celle du groupe local en trois dimensions, par Thomas H. Jarret, selon les données du catalogue 2MASS. La présentation d’un résumé des informations du SDSS, par Francis Reddy, mérite aussi d’être soulignée.

Référence

Astronomy. – Vol. 36, N° 3 (mars 2008). – ISSN : 0091-6358. – [Disponible à la Grande Bibliothèque, section Revues et journaux, au niveau R].

Remarque

La revue Pour la science a publié un dossier exhaustif sur les galaxies. Malheureusement, ce dossier exceptionnel n’est pas disponible à la Grande Bibliothèque :

Galaxies, fenêtres sur l’Univers (Pour la science, Dossier n° 56, juillet-septembre 2007, 120 p., ISSN 1246-7685). Ce dossier regroupe près d’une vingtaine d’articles sous trois thèmes : Le contenu des galaxies, L’évolution galactique, Les galaxies dans le lointain. Tous les articles sont abondamment illustrés.

Répertoire de sites

Astronomie et espace

Ce répertoire regroupe près de 300 sites sous les rubriques suivantes : Agences, Associations, Atlas du ciel, Bases de données [SDSS, 2MASS], Gratuiciels, Instituts [California Institute of Technology, Department of Astronomy and Astrophysics de l’Université de Toronto], Observatoires, Périodiques [Astronomy], Planétarium, Répertoires de sites, Système solaire, Ressources générales. Les ressources éducatives sont indiquées d’une façon spécifique.

24 février 2008

Compagnies des Indes orientales

Une étude passionnante de Philippe Haudrère sur les origines et le développement de l’impérialisme occidental. Le livre compte trois parties : La création des compagnies des Indes, La maîtrise navale des Occidentaux, Du commerce à la domination coloniale.

La première partie traite tour à tour des compagnies des pays suivants : Portugal, Hollande, Grande-Bretagne, France, Danemark, Belgique, Suède. La partie médiane aborde trois thèmes : les vaisseaux, les marins et les voyages. La dernière partie porte sur le commerce, les commerçants, les militaires et la fin des compagnies des Indes.

Le livre est complété par des annexes (sept tableaux statistiques), une bibliographie exhaustive, un index des lieux géographiques et un index des noms. Le livre contient également plusieurs cartes et illustrations non recensées dans la table des matières (pages) :

Les Portugais en Afrique et en Asie (14)
Les Hollandais aux Indes orientales (37)
Les Britanniques aux Indes orientales (53)
Danois, Français et Suédois en Inde (81)
Coupe longitudinale d’un vaisseau de la Compagnie des Indes au XVIIIe siècle (108)
Routes maritimes entre l’Europe et les Indes orientales (130)

Référence : Haudrère, Philippe. – Les Compagnies des Indes orientales. Trois siècles de rencontre entre Orientaux et Occidentaux (1600-1858). – Paris : Desjonquières, 2006. – 274 p. – ISBN 2-84321-083-6. – Cote BAnQ : 382.09 H368c 2006.

21 février 2008

Bibliothèque d’Alexandrie

Un livre regroupant des études produites par un groupe de savants australiens. Un livre édité par le professeur d’histoire Roy MacLeod, de l’Université de Sydney.

Dans son introduction, Roy MacLeod esquisse l’histoire et l’historiographie de la grande bibliothèque d’Alexandrie. Il présente ensuite succinctement les auteurs et les textes contenus dans The Libray of Alexandria.

Partie I – Histoire et mythe

1. - Les premières bibliothèques de l’Asie occidentale ancienne sont présentées par D. T. Potts. L’auteur débute son étude en retraçant l’origine et le fonctionnement des premières archives à Uruk. Il s’attarde ensuite à la bibliothèque d’Assurbanipal, à Ninive : description des collections, catalogage, politiques d’acquisition. Enfin, il évoque les bibliothèques antérieures à celle d’Assurbanipal. Ses propos sont basés sur les plus récentes découvertes archéologiques.

2. - Wendy Brazil imagine un voyage de découverte à Alexandrie à partir des textes contemporains. Tout au long de son itinéraire, le voyageur antique décrit les lieux explorés et raconte les événements qui ont façonnés la ville sous la dynastie des Ptolémée (de 304 av. J.-C. à l’an 30). Sa carte historique permet de suivre l’itinéraire.

3. – Se basant sur les textes anciens, Robert Barnes démystifie plusieurs légendes portant sur les aspects suivants : la création des bibliothèques alexandrines (grande et petite), l’origine et le nombre de manuscrits, le catalogage des œuvres, les bibliothécaires, la destruction de la grande bibliothèque sous l’occupation romaine (probablement en 272 et 391), l’invention de sa destruction par les Arabes en 642. Il conclue son étude par une critique du roman de Luciano Canfora, The Vanished Library (1989).

4. – La problématique du corpus et de l’origine des œuvres d’Aristote dans le catalogue de la grande bibliothèque d’Alexandrie est abordé par R. G. Tanner.

Partie II – Bourses d’études

Compléments

Plusieurs instruments de recherche complètent ce livre : une présentation des auteurs, une carte historique d’Alexandrie, une bibliographie exhaustive et un index.

Référence : MacLeod, Roy. – The Library of Alexandria. Center of learning in the Ancient World. – New-York, I. B. Tauris, 2004. – xii, 196 p. – ISBN 978-1-85043-594-5. – Cote BAnQ : 027.032 L6973 2004.

19 février 2008

La 5e Symphonie de Beethoven

La Grande Bibliothèque possède un grand nombre de ressources sur Ludwig van Beethoven (1770-1827) et son œuvre : livres, partitions, disques, vidéos. Parmi ces documents, signalons deux livres qui présentent des analyses de la 5e Symphonie en ut mineur, opus 67 (1808) :

Rapin, Jean-Jacques. – À la découverte de la musique. – Montréal : Pedagogia, 1969. – Cote BAnQ : 780.7 R218aL 1969 v.2.

L’analyse est illustrée par des citations musicales. Une nouvelle édition de ce livre en un seul volume a été publiée récemment : Lausanne : Payot, 2001. – vi, 438 p. – ISBN 2-601-03285-5.

Lecompte, Michel. – Guide illustré de la musique symphonique de Beethoven. – Paris : Fayard, 1995. – 335 p. – (Les indispensables de la musique). – ISBN 2-2130-3091-X. – Cote BAnQ : 784.2184 B415Le 1995.

L’analyse est accompagnée de citations musicales et de représentations graphiques (temps de la version Karajan 1977 DG) : p. 117-128.

Sur la Toile

La Société Wilhelm-Furtwängler a mis en ligne une analyse de la 5e Symphonie de Beethoven, par Sami Habra, avec 29 extraits d'interprétations : Furtwängler dirige la Cinquième Symphonie de Beethoven en 1937, 1943 et 1954.

Le réseau communautaire YouTube présente une vidéo de la 5e Symphonie jouée en 1966 sous la direction d’Herbert von Karajan (1908-1989) : Mouvements 1 et 2 - Mouvements 3 et 4.

Le site Musopen présente la partition et une vidéo de la 5e Symphonie de Beethoven jouée par le Skidmore College Orchestra (Saratoga Springs, NY) : Symphony No. 5 in C Minor, Op. 67.

Concerts

Les 26 et 27 février 2008, sous la direction de Kent Nagano, l’Orchestre symphonique de Montréal va jouer la 5e Symphonie de Beethoven.

17 février 2008

Les jardins de Suzhou

La revue La Chine au présent présente dans son dernier numéro un article captivant sur les plus beaux jardins du monde, ceux de Suzhou. Neuf de ces jardins font partie du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1997 et 2000.

L’article compte trois parties : le contexte géographique de la ville de Suzhou, les grandes caractéristiques des jardins de cette ville, la description des principaux sites.

Les aspects suivants des jardins chinois sont expliqués :

- La philosophie de l’art paysager
- L’excellence de leur espace de vie et d’habitation
- La forte connotation de la culture sociale
- Le rôle de modèle en aménagement de jardins
- Les rochers
- L’eau
- Les plantes
- L’architecture

Les neuf sites décrits sont accompagnés de photos :

Le jardin Zhuozheng (1509) – Humble administrateur
Le jardin Liuyuan (1522-1566) – Attardez-vous
Le jardin Wangshi (période Qing) – Maître des filets
Le jardin Huanxiusshanzhuang (fin 18e siècle – début 19e siècle) – Villa de la montagne étreinte de beauté
Le jardin Canglangting (907-960) – Pavillon des vagues
Le jardin Shizilin (1342) – Forêt du lion
Le jardin Yipu – Art
Le jardin Ouyuan – Couple retraité
Le jardin Tuisi (1877) – Retraite et méditation

Comme j’ai déjà eu le bonheur de visiter plusieurs de ces jardins, la lecture de cet article fut pour moi le rappel de souvenirs incomparables.

Référence

Anonyme. - «Splendeur du patrimoine : les jardins de Suzhou». – La Chine au présent. – Vol. 46, n° 2 (février 2008). – P. 34-40.

Cette revue, fondée par Soong Ching Ling (1893-1981), épouse de Sun Yat-sen, peut être consultée à la Grande Bibliothèque. Contrairement aux autres articles de ce numéro, celui sur les jardins de Suzhou est anonyme.

Remarque

Plusieurs volumes sur les jardins chinois sont disponibles à la Grande Bibliothèque, notamment le suivant qui est une référence de base sur ce sujet :

Keswick, Maggie. – The Chinese Garden : History, Art and Architecture. – Contribution et conclusion par Charles Jencks. – New-York : Rizzoli, 1978. – 216 p. – ISBN 0-8478-0193-4. – Cote BAnQ : 712.0951 K42ch 1978.

La réédition de ce livre est disponible à la libraire du Centre canadien d’architecture :

Keswick, Maggie. – The Chinese Garden : History, Art and Architecture. – Révision par Alison Hardie. – Contribution et conclusion par Charles Jencks. – Cambridge (MA) : Harvard University Press, 2003. – 240 p. – ISBN 0-674-01086-8.

Sites

Jardins classiques de Suzhou (Description, photos, vidéo) (Patrimoine mondial de l’Unesco)

Les jardins de Suzhou (Photos de Chen Jianxing) (China Internet Information Center, version en français)

15 février 2008

Le corridor du canal de Lachine

La thèse de Pauline Desjardins met en valeur ses contributions historique et archéologique dans l’étude du corridor du canal de Lachine, principalement pour le 19e siècle. La publication de cette recherche innovatrice est abondamment illustrée de cartes, schémas et photographies.

Cette étude du berceau de l’industrialisation canadienne vise un double but : démonter comment le canal de Lachine a contribué à l’industrialisation de la ville de Montréal ; évaluer la participation que pourrait avoir l’archéologie dans le processus de mise en valeur du canal.

L’étude est divisée en trois parties, suivies de trois annexes et d’une bibliographie :

I - Présentation de la recherche
II – L’organisation spatiale du corridor
III – Chemins de fer et énergie hydraulique

Annexes

1. – Description des vestiges archéologiques de l’entrée aval du canal de Lachine
2. – Liste des vestiges archéologiques classés par période et par unité structurale
3. – Plans de l’entrée aval du canal de Lachine

Le livre est particulièrement riche pour son abondante documentation et description des éléments et du fonctionnement du canal de Lachine, à ses différents phases de projets et de réalisations. Les termes techniques sont précisés et illustrés pour faciliter la compréhension de cette documentation historique, archéologique et industrielle.

Deux chapitres méritent une mention spéciale, le chapitre V portant sur la découverte archéologique de neuf voies ferrées datant du début des années 1830, soit avant l’apparition des premiers chemins de fer commerciaux, et le chapitre VI portant sur les lots hydrauliques. Exemplaires, ces deux chapitres illustrent la contribution remarquable de l’auteur à la connaissance de l’histoire de Montréal.

Parmi les figures du volume, signalons une aquarelle dessinée par James Duncan vers 1830 : Montreal from Indian camping ground. Au premier plan, on y voit le campement iroquois de Kahnawake, au plan moyen des embarcations sur le fleuve Saint-Laurent et au troisième plan la ville de Montréal avec l’église Notre-Dame, ses autres bâtiments et les moulins à vent du Sud-Ouest.

Référence : Desjardins, Pauline. – L’organisation spatiale du corridor du canal de Lachine au XIXe siècle. – Québec : Association des archéologues du Québec, 2006. – xvii, 235 p. – ISBN 2-921016-38-9. – BAnQ : 386.50971427 D459o 2006.

Carte : Bassin 2 du canal de Lachine (1853) (BAnQ)

Association des archéologues du Québec (AAQ)

12 février 2008

L’Opéra de Pékin

Le 20 juillet 1978, à 7 h 00, nous atterrissons à l’aéroport de Beijing. C’est le début d’un voyage de trois semaines en Chine. Dès notre arrivée, le guide nous fait parcourir le cœur de la capitale : la place Tian an men, le Monument aux héros du peuple, le Mausolée de Mao, le Palais des musées, le Palais de l’Assemblée du peuple, le Temple du Ciel. Déjà émerveillés, nous arrivons à notre hôtel, celui de l’Amitié, à 10 h 30.

J’ai gardé un souvenir impérissable de ce voyage, notamment de la célèbre place Tian an men. Savoir qu’on vient de construire, trente ans plus tard, un immense opéra à proximité du centre du monde suscite ma curiosité. Certes, la place a moins d’un siècle d’existence, mais son agencement est tout de même en harmonie avec la Cité interdite et les quartiers environnants. Comment dès lors apprécier la nouvelle construction de Paul Andreu ? Avant de répondre à cette question, parcourons son livre L’Opéra de Pékin.

- - - - -

Au début de son livre, l’architecte Paul Andreu a inséré une préface et une conversation. Le premier texte est d’Olivier Poivre d’Arvor. Le second est un dialogue entre l’auteur et l’écrivain François Cheng.

Tous les chapitres sont abondamment illustrés.

Partie I

Le chapitre initial traite du métier d’architecte : «C’est un métier difficile, exigeant.» Le chapitre suivant décrit le Grand Théâtre national de Chine : «Il y a sous la voûte trois salles, une grande salle d’opéra, une salle de concert et un théâtre, qui sont chacune, à chaque représentation ou à chaque concert, le lieu de rencontre d’un public et d’artistes.» Le chapitre trois s’amuse des surnoms attribués au bâtiment et précise que celui-ci a la forme d’un super-ellipsoïde.

Le chapitre 4 explique le processus de création du dessin des garde-corps en recourant à l’informatique et à de nouvelles techniques. Le chapitre suivant est plus long. Il porte sur la charpente de la voûte, avec l’enjeu des coûts de la main-d’œuvre et des matériaux.

Dans le chapitre 6, l’architecte raconte les péripéties du concours menant à l’acceptation finale de son projet (modifié par les autorités chinoises). Le chapitre 7 explique pourquoi il n’y a pas de motifs chinois traditionnels dans l’Opéra de Pékin.

Cette première partie de l’ouvrage se termine par une citation de l’auteur sur l’architecture.

Partie II

Pendant près de dix ans, les conversations entre Paul Andreu et ses collègues chinois ont eu lieu par le truchement de la traduction. Le chapitre 2 traite du parti, celui de la disposition générale des salles au niveau des accès routiers. Le chapitre suivant traite des étapes de conception et de réalisation de la salle d’opéra, compte tenu des contraintes acoustiques.

Dans le chapitre 4, l’architecte réfléchit, d’une façon dialectique, sur les relations entre la salle et le spectacle. Le chapitre 5 porte sur les bruits du chantier, comme si on les entendait. Le chapitre 6 est consacré aux murs et au plafond de l’auditorium, celui-ci étant l’aboutissement d’une genèse surprenante.

Le chapitre suivant évoque les colères et les moments de découragement de l’architecte, mais aussi de son appréciation des travailleurs chinois. Au chapitre 8, l’auteur raconte une fable illustrant le contraste bénéfique entre le projet initial et le projet final. Un article de journal rédigé par Andreu, pour contrer la désinformation sur son projet, est reproduit dans le chapitre 9.

Cette partie se termine par des considérations de l’auteur sur la définition de l’«architecte».

Partie III

Le chapitre 1 explique le choix du tissu de la salle du théâtre. Le chapitre suivant souligne l’usage social, autant que culturel, des grands espaces aménagés sous le toit : un quartier de la ville, selon l’ambition de l’architecte.

Le chapitre 3 montre le découpage de la voûte en domaines irréguliers et son revêtement en bois de couleur rouge. Dans le chapitre 4, l’auteur épilogue sur le pourquoi et le comment de ses décisions au cours de l’élaboration et de la réalisation de son projet.

Les galeries extérieures du théâtre et de l’auditorium font l’objet du chapitre 5 : murs, garde-corps et bandeaux. L’éloge dithyrambique des ouvriers constitue la trame du chapitre 6. Dans le chapitre suivant, l’auteur explique une des singularités de son projet : l’absence de porte et de fenêtre.

Au chapitre 8, Andreu présente par des métaphores les passages souterrains donnant accès à la construction. Chapitre 9 : sans le dire, la conception des jardins entourant l’Opéra de Pékin est conforme à celle des jardins traditionnels chinois.

L’auteur complète cette partie du livre en traitant de l’intégration concomitante du «concept» et de l’«exécution» du projet.

Partie IV

Le chapitre 1 évoque le processus dynamique de l’élaboration et de la réalisation du projet, la mémoire (image mentale de l’architecte) et les documents (imprimés et électroniques) y jouant leur rôle respectif. Chapitre 2 : l’architecte gravit la colline du Charbon pour observer les rapports réciproques entre le Palais de l’Assemblée du peuple et le toit de l’Opéra, ainsi que l’impact de celui-ci dans le paysage de la ville.

Dans le chapitre 3, l’auteur évoque le plaisir qu’il a eu a effectué des travaux manuels au cours de la réalisation du projet. Au chapitre suivant, Andreu illustre les difficultés finales de son travail par quelques exemples. Le dernier chapitre donne lieu à une réflexion philosophique sur le projet achevé / inachevé et le futur de l’architecte Andreu.

Le volume est complété par des statistiques et des plans du bâtiment, une biographie de l’auteur et des remerciements.

- - - - -

Comment apprécier la nouvelle construction de Paul Andreu ?

Une impression générale se dégage de l’observation des nombreuses photos du volume : l’imposante courbure du toit contraste avec les lignes traditionnelles de la Cité interdite, la petitesse des maisons environnantes et les grands bâtiments rectilignes de style soviétique de la place Tian an men. L’élévation de la voûte est aussi notable, mais beaucoup moindre que le laisse voir les photos quand on considère les autres édifices en hauteur de l’avenue Chang an jie.

Tout compte fait, l’Opéra de Pékin est un bâtiment admirable, exceptionnel. Le livre d’Andreu le démontre d’une façon remarquable. Une fois de plus, comme ils l’ont fait tant de fois au cours de leur histoire plurimillénaire, les Chinois ont accueilli, adapté et assimilé le savoir des étrangers.

永恒中国  La Chine éternelle…

Référence : Andreu, Paul. – L’Opéra de Pékin : le roman d’un chantier. – Paris : Chêne / Hachette, 2007. – 239 p. – ISBN 978-2-84277-776-0. – Cote BAnQ : 725.822092 A561o 2007.

Conférence : L’opéra de Pékin (Paul Andreu, 19 octobre 2004, Canal-U)

Site : Paul Andreu Architecte Paris

Photos : Paul Andreu et l’Opéra de Pékin (Linternaute)

Vidéos : Avec Paul Andreu, architecte du nouvel opéra de Pékin (France 2) - Nouvel opéra de Pékin (France 2) - L'opéra de Pékin par l'architecte Paul Andreu (France 3)

Plan : Centre historique de Beijing (Cartes Google)

09 février 2008

Symphonie du Nouveau Monde (Dvořák)

Le musicologue Emmanuel Gorge présente une étude intéressante de la Symphonie du Nouveau Monde d’Antonin Dvořák dans son volume intitulé L’imaginaire musical amérindien. Voici le plan de cette étude exhaustive :

Introduction

1. Le Chant de Hiawatha (1855) [texte des chants XX La Famine et XI Le festin de noces de Hiawatha]

2. La genèse du projet symphonique

3. Les modalités structurales (tableaux) :

a) Mouvement I : Adagio-Allegro molto
b) Mouvement II : Largo
c) Mouvement III : Scherzo
d) Mouvement IV : Allegro con fuoco

4. Les typologies stylistiques (citations musicales)

Cette étude de Gorge est présentée dans le deuxième des cinq chapitres de son livre, celui-ci étant divisé en périodes historico-musicales :

I – L’imaginaire amérindien et le baroque (Purcell, Rameau)
II – L’imaginaire amérindien et le post-romantisme (Dvořák, MacDowell)
III – L’imaginaire amérindien et le modernisme (Stravinsky, Ives, Busoni)
IV – La période de l’entre-deux-guerres (Milhaud, Carrillo, Villa-Lobos, Varèse)
V– Du modernisme au post-modernisme (Messiaen, Jolivet, Stockausen, Mâche, Berio, Miereanu)

Le musicologue conclue ainsi son analyse : «À travers leurs projets, les compositeurs ont pu réveiller des domaines inexplorés de la psychologie humaine, par rapport au passé de l’Homme. Ces recherches furent contemporaines de la psychanalyse, prenant en compte les facteurs inconscients de l’existence.»

Le livre est complété par plusieurs instruments de recherche : Index des noms, Index des tributs amérindiennes, Repères chronologiques, Bibliographie, Sources musicales, Table des matières.

Références

La Grande Bibliothèque possède plusieurs DC de la 9e symphonie d’Antonin Dvořák, sous la cote CLA 1 D988. Par ailleurs, les enregistrements des DC suivants peuvent être écoutés depuis la base de données Naxos Music Library - Discothèque Naxos (accès réservé aux abonnés de BAnQ) :

8.550271 – DVORAK: Symphony No. 9 / Symphonic Variations – Slovak Philharmonic Orchestra – Stephen Gunzenhauser, Conductor.

8.558065-66 Classics Explained: DVORAK - Symphony No. 9, 'From the New World' (Siepmann) – Jeremy Siepmann, reader – Slovak Philharmonic Orchestra.

Dvořák, Antonin. – Symphony No. 9. E minor / e-Moll / Mi mineur. Op. 95. From the New World. Aus der neuen Welt. – Londres : Ernst Eulenburg, 1986. – xxiv, 160 p. – (Edition Eulenburg, No 433). – ISBN 3-7957-6174-3. – Cote BAnQ : 784.2 D988s 1986. – [Partition].

Gorge, Emmanuel. – L’imaginaire musical amérindien. Structures et typologies. – Préface de Joseph-François Kremer. – Paris : L’Harmattan, 2003. – 406 p. – ISBN 2-7475-4723-X. – Cote BAnQ : 780.8997 G667i 2003. – [Antonin Dvořák : Symphonie du Nouveau Monde (1893), p. 109-160].

Concerts

Les 26 et 27 février 2008, sous la direction de Kent Nagano, l’Orchestre symphonique de Montréal va jouer la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorák.

07 février 2008

La littérature pour la jeunesse

La réputation de la revue À rayons ouverts est enviable. Tant pour son contenu que pour son infographie, cette publication de BAnQ est exemplaire. Le dossier du numéro du Printemps 2007 est dédié à la littérature pour la jeunesse.

Dans son éditorial, Lise Bissonnette souligne les singularités de la littérature pour la jeunesse au Québec, témoin privilégié de notre évolution sociale : En moins d’un siècle depuis ses premières apparitions, et sous ses apparences gentilles, ce livre a fait ressortir clairement les trames principales de nos changements parfois radicaux.

Lucie Guillemette et Myriam Bacon présente un survol de la littérature québécoise pour la jeunesse. Elles présentent une rétrospective historique sur les publications destinées aux jeunes depuis 1920, date de la fondation de L’Oiseau bleu.

Pascale Grenier présente le Centre québécois de ressources en littérature pour la jeunesse. Riche de ses 52 000 documents, celui-ci est situé au niveau M de la Grande Bibliothèque.

Les statistiques de l’édition québécoise pour la jeunesse sont présentées apr Mireille Laforge : Le nombre de titres publiés pour a jeunesse a connu une croissance majeure au cours des années 1996 à 2005, passant de 678 à 1 064, ce qui représente une hausse de 57% en 10 ans !

En parcourant les archives d’écrivains pour la jeunesse, Michel Biron rappelle les grandes figures du passé : Lucille Desparois (Tante Lucille), Michel Cailloux (La Boîte à surprise et Bobino), Béatrice Clément, Paule Daveluy.

Daniel Chouinard aborde le rayonnement des créateurs de littérature pour la jeunesse en présentant les œuvres traduites de Dominique Demers, Gilles Tibo, Bryan Perro, Marie-Louise Gay et Michèle Lemieux.

Linda Clermont présente les péripéties d’une merveilleuse aventure, celle de la création collective d’un livre enchanteur par des élèves de 3e et 4e année de l’école Garneau. Sous la responsabilité de leur enseignant Mathieu Coursol, les enfants ont produit Prochaine station… avec la collaboration de l’écrivaine Annie Langlois et de l’illustrateur Steve Beshwasty. Les frais inhérents à la réalisation de cette activité exemplaire provenaient d’une collecte auprès du personnel de BAnQ. Par ailleurs, cette production littéraire fait l’objet d’une exposition dans le hall de la Grande Bibliothèque.

En marge de l’exposition Le Petit Chaperon rouge à pas de loup, dans l’Espace Jeunes de la Grande Bibliothèque, Annie Langlois présente les sources orales de ce conte initiatique (avant de devenir ultérieurement moralisateur) sous le titre Il était une fois un loup et une fillette cannibale.

Louise Fortin présente l’Espace Jeunes de la Grande Bibliothèque. On y trouve plus de 75 00 livres destinés aux jeunes, et une collection spécialisée pour les parents. Des activités ludiques et des visites scolaires sont aussi proposées à l’Espace Jeunes.

Le portail Jeunes de BAnQ est présenté par Patricia Lemieux. Offrant de multiples ressources, sur une île merveilleuse, le portail reçoit plus de 5 000 visites d’internautes par mois.

Hélène de Launière présente une nouveauté : la collection de romans pour les adolescents. Plus de 3 000 livres sont proposés aux jeunes de 14 à 18 ans.

Enfin, Nathalie Gélinas trace le portrait et souligne les réalisations de la Bibliothèque centrale de prêt de l’Outaouais.

Référence : À rayons ouverts, Dossier. – No 71 (2007). – ISSN 0835-8672. – P. 3-29.

Version numérique

04 février 2008

Les histoires en images du Québec

Jusqu’au 4 mai 2008, la Grande Bibliothèque présente une exposition amusante intitulée Histoires en images, ancêtres de la bande dessinée. Les textes de présentation, les reproductions de documents et les explications des illustrations sont affichés sur des panneaux [ P ] et dans des vitrines [ V ].

Voici les textes de présentation :

P 1a – Introduction : Une soixantaine de dessins empreints d’humour tirés des journaux satiriques québécois du XIXe siècle

P 1b – Les débuts : Les graveurs rigolent de tout et de rien dans ces nombreux journaux humoristiques sous des pseudonymes farfelus; reproductions : Le Charivari canadien (1844), La Scie (1863)

V 1 – Les pages tirées des journaux : Le Charivari canadien (1844), Le Canard (1882), La Scie (1865), La Scie illustrée (1865), Le Grognard (1882), Punch in Canada (1849)

P 2a – Les séries : Désormais, la lecture s’effectue dans un continuel va-et-vient du texte à l’image; reproductions : La Scie illustrée (1865), avec Baptiste Parot par Jean-Baptiste Côté

P 2b – Les séries : La transition s’est effectuée entre la gravure sur bois et la lithographie, qui permet des lignes souples et dynamiques

V 2 – Les ouvres charnières : Scènes de la vie cruelle (Le Canard, 31 janvier 1885), Comment on parvient à construire un navire (La Scie illustrée, 22 décembre 1865), La vie étudiante (Le Charivari canadien, 17, 24 et 31 juillet, et 14 août 1868)

P 3a – L’expansion : Amplification des mimiques et de la gestuelle des personnages disséqués d’étape en étape; reproductions : Le Canard (1877-1957)

P 3b – L’expansion : Les gags de situation sont puisés à même le théâtre populaire de la rue, les marionnettes et le théâtre d’ombres; reproductions : Le Canard

V 3 – De la page au livre : Les voyages de Ladébauche autour du monde

P 4a – La grande presse : La grande presse naît au tournant du XXe siècle et tous les grands quotidiens ont leurs caricaturistes (exemples : Henri Julien, Albert Samuel Brodeur, Joseph Charlebois)

P 4b – La grande presse : Une importante partie de la population est analphabète. Pour gagner de nouveaux publics, les journaux multiplient les gags visuels

P 5 – La grande presse : Les histoires en images vont cohabiter avec la bande dessinée naissante et les deux genres se retrouveront ensemble dans la plupart des revues humoristiques du XXe siècle; reproduction : Le père Ladébauche, par Joseph Charlebois

La commissaire de cette exposition est l’enseignante Mira Falardeau. La vérification scientifique a été effectuée par Éric Bouchard, Isabelle Chevrier et Mariloue Sainte-Marie.

Références

Bourgeois, Albéric. – Les voyages de Ladébauche autour du monde. – Préface de Léon-A. Robidoux et de Victor-Lévy Beaulieu. – Montréal : VLB, 1982. – 199 p. – 2-89005-042-4. – Cote BAnQ : 848.91202 B7722v 1982.

Falardeau, Mira. – La Bande dessinée au Québec. – Montréal : Boréal, 1994. – 126 p. – ISBN 2-89052-539-2. – Cote BAnQ : 741.59714 F177b 1994.

Falardeau, Mira. – Histoire de la bande dessinée au Québec. – Montréal : VLB, 2008. – ISBN 978-2-89649-011-0.

Robidoux, Léon-A. – Alberic Bourgeois, caricaturiste. – Préfaces de Normand Hudon et de Robert LaPalme. – Montréal : VLB et Médiabec, 1978. – 289 p. – Cote BAnQ : 741.50974 B772ro 1978.

Remarque

Les publications d’où sont tirées les histoires en images de cette exposition ne sont pas encore disponibles dans la Collection numérique de BAnQ. Par contre, on peut trouver des histoires en images dans la publication jeunesse L’Oiseau bleu (1921-1940). Ainsi, à la une du premier numéro de cette revue, on trouve une histoire en images de James McIsaac (1889-1970) :

01 février 2008

Art cubain actuel

Le catalogue publié à l’occasion de l’exposition Arte cubano de hoy, présentée à la Galerie de l’UQAM du 14 avril au 7 mai 1994, par Diane Bertazzo, dans le cadre de la maîtrise en Études des arts, est disponible à la Grande Bibliothèque (niveau 1, Collection nationale).

L’auteure explique ainsi le contexte de son étude : «L’histoire de l’Amérique latine, depuis la colonisation, en est une de perpétuelle quête d’identité culturelle. […] Les peuples de l’Amérique latine n’ont jamais accepté cet état de servitude et leur histoire est celle de la reconquête de leur autonomie et de leur dignité.»

Le catalogue esquisse les trois grandes étapes de l’art cubain depuis la Révolution de 1959 :

1959-1968 : Œuvres à thématiques révolutionnaires
1968-1976 : Critère idéologique > critère économique
1976-1994 : Création du ministère de la Culture et mercantilisme

Sept artistes sont présentés par différents auteurs [œuvres reproduites] :

> Belkis Ayón Manso (gravures) – [Sans titre, 1993]
> Antonio Eligio Fernández (Tonel) (dessin, aquarelle) – [Avec drapeau, 1994]
> Lázaro Garcia Medina (huile sur toile) – [Christ de l’ascension, 1994]
> Luis Gómez Armenteros (dessins) – [L’objet spirituel, 1993]
> Santiago Rodríguez Olazábal (dessins) – [L’oiseau, 1992]
> Lázaro Saavedra (installation) – [Jeune fille au fruit, 1993]
> Osvaldo Yero Montero (installation) – [Une chicane cubaine…, 1994]

Au cours de sa présentation de l’art cubain actuel, l’auteure aborde le thème du simulacre ainsi commenté par Luisa Marisy Martínez : «Le simulacre s’est installé comme formule des années quatre-vingt-dix pour tromper le spectateur avec des discours dont l’apparence suppose une autre connotation.»

L’opuscule est complété par des notes bibliographiques (p. 31-39).

Référence

Bertazzo, Diane. – Arte cubano de hoy, Art cubain actuel. – Montréal : Galerie de l’UQAM, 1994. – iv, 39 p. – ISBN 2-9804021-0-9. – Cote BAnQ : 709.7291074 A7861 1994 1acc.

Cette ressource m’a été recommandée par le service de référence de BAnQ.

Exposition

L’exposition ¡Cuba! Art et histoire de 1868 à nos jours se poursuit au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 8 juin 2008 : «l’exposition, qui réunit quelque 400 œuvres, est la plus importante jamais réalisée sur l’art de cette île des Caraïbes».